Conseil de notre nutritionniste

Garder la santé en télétravail

Le 9 septembre 2020

Le confinement, décidé pour combattre l’épidémie de coronavirus, peut favoriser chez certains une prise de poids liée à une activité physique moins intense, à des envies de grignotages, à des déséquilibres alimentaires. Pour aborder au mieux cette période, le Dr. Laurence Plumey, Médecin Nutritionniste, livre son expertise et ses conseils.

 

Alors quelles sont les clés pour ne pas prendre trop de poids ?

En agissant sur l’activité physique. Certes, elle ne sera pas intense, mais elle aura le mérite d’exister. J’insiste : il faut trouver tous les moyens pour bouger au moins deux ou trois fois dans la journée. Une séance ne suffira pas car l’effort ne sera ni assez intense ni suffisant. Chacun fait avec ce qu’il peut, avec ce qu’il a : un vélo d’appartement ou tout simplement des exercices de fitness sur un tapis. Le but ? Eviter que la graisse profonde abdominale ne se développe car l’inactivité physique favorise l’installation de cette mauvaise graisse.

 

On a pu constater une ruée sur les pâtes et le riz, denrées qui conservent. Mais est-ce une bonne idée ?

Si on ne consomme que du riz ou des pâtes, on va très vite prendre du poids. Il faut des légumes à tous les repas. Idéalement notre assiette doit se composer de protéines avec de la viande, du poisson ou des œufs, de trois à quatre cuillères à soupe de féculents qui vont nous rassasier, et de légumes à volonté qu’ils soient crus ou cuits. Le chou cru, les poivrons, le raifort sont très riches en vitamine C.

 

Et si on a un petit creux à 16 h ?

On a tous envie de se faire plaisir. Mais il faut savoir s’arrêter. Il faut manger utile avec un fruit, des amandes et se faire plaisir avec deux trois biscuits par exemple, ou un peu de chocolat. On peut aussi prendre une part de gâteau maison que l’on aura cuisiné avec les enfants.

 

Si nous prenons quelques kilos pendant ce confinement va-t-on les perdre facilement ?

Oui, bien sûr. Quand on réagit vite les kilos se reperdent facilement, en faisant bien les choses – surtout sans agresser son gras par des régimes sévères et restrictifs. C’est tout un art de bien faire. Les kilos difficiles à perdre sont ceux que l’on a laissés s’enkyster au fil des années.

 

 

Retour aux articles